Vous pouvez faire partie de l'aventure !

Vous pouvez faire partie de l'aventure !

Comment ça marche ?
A propos du projet
Thématiques des vidéos
Notre charte d'utilisation

 

Comment ça marche ?

Pour participer, c’est très simple ! Une vidéo sera publiée tous les 3 ou 4 jours sur la plateforme (les dates de publication sont indiquées au-dessus de l’aperçu de chaque vidéo). Vous recevrez également une notification par email lorsqu’une nouvelle vidéo sera publiée !

Les discussions proposées seront focalisées sur les arts visuels et numériques, la littérature et le spectacle vivant. Les thématiques ont été posées sous la forme de questions ouvertes pour laisser une liberté d’intervention aux professionnels invités. Suivant le format d’un MOOC, les capsules vidéo seront « augmentées » de contenus additionnels proposés par les intervenants, qui sont soit spécialistes du sujet, soit professionnels du secteur, et partageant conseils et bonnes pratiques, toujours dans une logique éducative de partage de connaissance.

Tout au long de la vidéo, des icones apparaîtront à l’écran. Cela signifie qu’une action est possible. Vous pourrez alors répondre directement à un intervenant en sélectionnant dans le menu déroulant la question. Chaque semaine pendant un mois, des spécialistes du secteur établis en France et en Palestine échangeront avec vous autour des pratiques, méthodologies et initiatives menées par les acteurs de la culture pendant la pandémie. Ils vous poseront questions et sondages auxquels vous pourrez répondre pour qu’ensemble nous posions les bases d’une réflexion concertée visant l’accompagnement des artistes et des ICC dans l’après crise.

Tout au long de la vidéo, des icones apparaîtront à l’écran. Cela signifie qu’une action est possible. Vous pourrez alors répondre directement à un intervenant en sélectionnant dans le menu déroulant la question

Vous pourrez également répondre à un sondage. Cette partie est essentielle puisque les réponses participeront à une analyse de besoin qui pourra faire l’objet d’initiatives visant à les satisfaire.


Ou encore accéder à du contenu additionnel proposé par les intervenants.

Enfin, il vous sera possible d’enrichir le débat en participant au chat situé en bas de la page. Vous pouvez déposer vos commentaires, répondre aux autres utilisateurs ou encore partager des initiatives que vous avez menées durant le confinement.

Toutes les réponses peuvent être publique ou confidentielles (seuls les intervenants et les modérateurs de la plateforme y auront accès). A vous de choisir !

Maintenant vous pouvez retourner sur la page d'accueil, c'est parti!

 

A propos du projet

Une crise sans précédent pour les industries culturelles et créatives (ICC)

En ce contexte de confinement, tous les secteurs sont affectés, y compris les industries culturelles et créatives (ICC). Les ICC ont pour finalité, entre autres, la création, la diffusion et la consommation de biens culturel, artistique ou patrimonial, protégés par la propriété intellectuelle. Elles peuvent regrouper plusieurs secteurs, parmi lesquels la musique, les arts visuels, le spectacle vivant, l’édition, l’architecture, la mode, le tourisme culturel ou encore le jeu vidéo. Quelle que soit la discipline, que cela concerne la création, la diffusion d’œuvres artistiques ou la relation avec le public, toute la chaine a été perturbée. En effet, bien que l’on ait pu constater une croissance importante pour l’industrie du jeu vidéo, la plupart des secteurs culturels et créatifs ont été et sont encore parmi les plus durement touchées par la crise, avec des baisses de chiffre d’affaire significatives variant de -20 et -90% par rapport à l’année 2019.

Le numérique : une réponse à la hauteur des enjeux

En réponse à ces défis, des solutions innovantes ont été imaginées en France comme en Palestine pour maintenir la création artistique et la richesse de l’offre culturelle. C’est souvent à travers la digitalisation des pratiques et des contenus qu’artistes et institutions ont pu conserver un lien avec leurs publics. L’utilisation des technologies pour la création interactive est en développement constant, et l’on observe une articulation croissante des arts dits « traditionnels » et de la création numérique dans son ensemble. La démarche du présent projet tend à favoriser cette convergence, ainsi les arts numériques sont associés à l’ensemble des disciplines citées plus haut.

Bien que l’utilisation des outils numériques et collaboratifs ne soit pas un phénomène nouveau, elle s’est amplifiée au cours de cette épidémie qui a contraint nombre d’institutions et d’artistes à réajuster rapidement leurs méthodes pour faire face à la situation. Ces outils parfois accusés de développer l’individualisme ont permis de garder un contact, de continuer à créer, et de partager. Ils ont contribué au tissage de ce lien intangible, qui s’est révélé essentiel pour nos sociétés en ces temps de distanciation sociale. Néanmoins, la transition numérique se heurte à plusieurs obstacles et défis, qu’ils soient d’ordre physique, culturel, juridique, politique ou social, que ce projet vise à étudier.

27 février 2021 : lancement d’une plateforme innovante et collaborative

Sans présenter de solutions immédiates, l’objectif du Lien Invisible est de créer une plateforme participative d’échange de pratiques et de méthodologies qui s’affranchit des barrières linguistiques ou des frontières terrestres pour faire face, dans une approche collaborative, à une situation sans précédent. Le format innovant de ce projet permet la rencontre entre l’univers éducatif du MOOC et le débat d’idées et sera l’occasion de tirer les enseignements du confinement pour envisager de nouvelles pratiques plus durables afin d’aider les artistes, notamment émergents, à mieux préparer l’après.

Plus qu’un simple webinaire diffusé à un instant T, la publication des 8 vidéos thématiques à intervalles réguliers sur une plateforme dédiée permettra de faire durer le débat pendant 4 semaines. Les capsules vidéo interactives seront consultables à tout moment par le public, qui pourra répondre à sondages et questions posées par les intervenants, mais aussi poser des questions, commenter et enrichir à son tour la réflexion avec du contenu supplémentaire. Un webmaster modérera la plateforme et assurera le relai des questions posées aux intervenants. Une enquête sera réalisée, en concertation avec les intervenants, qui recueilleront et analyseront les réponses aux sondages dans le but d’en dresser un bilan.

Les résultats de ces enquêtes, discussions et commentaires feront l’objet d’une séance de débat en direct avec un panel dédié (franco-palestinien) le 29 mars. Cette session sera l’occasion d’approfondir les discussions entamées plus tôt dans le projet et son objectif : proposer une analyse des réponses aux sondages, validée par un panel d’experts, mais aussi initier une réflexion sur les pistes à envisager pour soutenir la création dans un contexte d’après crise. Des réponses concrètes pourront alors être imaginées pour une mise en œuvre ultérieure, notamment sous la forme d’ateliers professionnalisants, avec une attention particulière apportée aux projets de transition numérique, de soutien à la création et de mise en réseau des artistes (phase 2 du projet).

 

Thématiques des vidéos

1/ Impact de la Covid19 dans les ICC en France et en Palestine
La pandémie a surpris les professionnels, et a brusquement stoppé les activités. Comment la pandémie a affecté les activités/ secteurs d’activité ? et quelle était la tendance dans les différents secteurs (analyse macro) ?

2/ Initiatives proposées par les acteurs culturels français et palestiniens
Les professionnels français palestiniens partageront leurs innovations, leurs tâtonnements pour continuer à donner un sens à leur activité, sans public physique.

3/ Transformations structurelles et méthodes de travail dans les ICC
Le confinement a précipité l’évolution des méthodes de travail vers des modèles plus résilients. Quelles transformations structurelles ont été observées dans les différents secteurs d’activité ? (Production, création, diffusion, modèle économique, audience ?) Quels ont été les changements dans les pratiques de travail ?

4/ Conserver un lien avec les publics en temps de crise
Une des principales préoccupations des acteurs de la culture a été de ne pas perdre le lien avec leurs publics, voire en atteindre de nouveaux. Comment a-t-il été possible de garder un lien avec le public pendant le confinement ?  Quels sont les nouvelles formes/plateformes de rencontres avec ces publics ?

5/ Obstacles rencontrés par les acteurs culturels durant la pandémie
Les ICC ont pu se heurter à de nombreux obstacles, qu’ils soient d’ordre technique, culturel, juridique, politique ou social. Quels obstacles ont rencontré nos partenaires pendant la pandémie?

6/ Points de vigilance pour une transition numérique réussie dans les ICC
La transition numérique doit être réfléchie et imaginée pour se prémunir des risques identifiés. Quels sont les points de vigilance identifiés par les intervenants ?

7/ Plus-value du numérique dans les secteurs de la culture
Malgré tout, les nouvelles technologies permettent de proposer de nouveaux types d’activité. Quelle est la plus-value du numérique pour les ICC dans un contexte de crise ?

8/ Quel modèle pour l’après Covid dans les secteurs de la culture ?
La période troublée que les professionnels traversent est également l’occasion d’engager une véritable réflexion sur le fonctionnement du secteur culturel, et de conserver les innovations positives imaginées pendant le confinement. Quel modèle pourrions-nous imaginer ensemble pour des pratiques plus durables ?

Chaque thématique donne lieu à une vidéo d’environ 10 minutes qui rassemble les interventions de 4 à 6 professionnels du secteur. Afin d'être le plus inclusives possible, les vidéos ainsi que la plateforme sont accessibles en trois langues : arabe, français et anglais.

 

Notre charte d'utilisation 

La plateforme Le lien invisible est un espace d’expression et de débat ouvert à toutes et à tous, et disponible en trois langues. Elle a vocation à engager une discussion autour des nouveaux enjeux et défis des Industries culturelles et créatives, dans le contexte de l’après covid19.

Nos engagements – protection de vos données

L’inscription sur notre site est obligatoire pour accéder aux contenus proposés et répondre aux questions et sondages. Ces éléments sont indispensables pour la pertinence du projet puisqu’ils permettront d’initier une réflexion conjointe sur les enjeux de la transition numérique pour les secteurs culturels des deux pays et d’imaginer, à terme, des actions concrètes et pertinentes à engager pour aider professionnels du secteur, notamment les plus émergents, à relever les défis futurs.

Les informations que vous renseignerez seront conservées dans nos archives courantes jusqu’au 31/12 de l’année N+2, sur le serveur de Blue Ltd.

Nous nous engageons à ne pas divulguer ces données à des tiers. Les réponses aux questions et sondages feront l’objet d’une étude destinée à l’accompagnement des industries culturelles et créatives (ICC) en France et en Palestine dans un contexte post crise.

Conformément au Règlement général à la protection des données 2016/679, vous disposez de droits d’accès, de rectification, d’effacement, d’un droit à la limitation du traitement de données et d’un droit de décider du sort de vos données post-mortem. Pour exercer ces droits ou pour toute question, veuillez contacter :  culture@iframallah.org

Vos droits et engagements

En commentant et répondant aux sondages proposés par les intervenants, vous nous autorisez à utiliser ces informations en vue d’études (anonymisées) sur le secteur culturel.

Les utilisateurs s’engagent à ce que le contenu de leurs contributions respecte les lois et règlements en vigueur, ne soit pas contraire à l’ordre public et ne porte pas atteinte aux droits ou à la dignité des personnes.

A ce titre, sont interdites notamment, sans que cette liste soit exhaustive, les contributions :
- à caractère violent, diffamatoire, injurieux, illicite ou obscène ;
- incitant à la violence, à la commission d’un délit ;
- incitant à la discrimination ou à la haine ;
- injurieuses, grossières, vulgaires ou de nature à heurter la sensibilité des personnes mineures ;
- portant atteinte au droit à l’image, au droit au respect de la vie privée ;
- portant atteinte à la protection des données personnelles d’un tiers.
- Vous pouvez à tout moment vous désinscrire de la plateforme.

Modération

Les équipes de l’Institut français de Jérusalem et du centre Khalil Sakakini assurent l’administration, l’animation et la modération de la plateforme. Nous veillons à la qualité des échanges, conformément aux règles citées ci-dessus.
Le non-respect de ces règles et bonnes pratiques peut entraîner la suppression des publications voire le bannissement du compte utilisateur, dont les contributions seraient inappropriées.